Follow me:

Un mercredi matin comme les autres

7h30 : j’ouvre délicatement les paupières à la douce musique du radio-réveil.. Jazz-fm, idéal pour un réveil tout en douceur. Au même instant, je sens les bras forts de l’Homme qui m’enlacent tendrement, et un baiser se poser dans mon cou.
Je me sens bien, reposée, prête à affronter cette nouvelle journée avec le sourire et une pêche d’enfer. L’Homme se lève, et j’en profite pour traîner un peu au lit, et poser la tête sur son oreiller encore chaud, sentir un peu cette odeur, lui…

7h35 : Je me lève, ouvre la fenêtre et remets en place les draps de soie, avant de rejoindre l’Homme dans la cuisine, qui embaume déjà le café et le pain frais juste grillé. L’Homme me tend ma tasse de cappuccino vanille (il sait que c’est celui que je préfère) et une tartine beurrée encore chaude et toute croustillante. Je vais presser quelques oranges bio, et nous discutons amoureusement de choses et d’autres, de ce documentaire tellement passionnant sur la Corse que nous avons vu hier soir, ça serait une belle destination pour nos prochaines vacances non ?, de la rude journée de travail qui s’annonce pour l’homme, de ce que nous allons faire aujourd’hui avec petite puce… J’aime ces moments partagés avec l’Homme, juste lui et moi, et pour rien au monde je n’y renoncerais. C’est d’ailleurs pour ça que je préfère me lever avec lui plutôt que de dormir un peu plus longtemps, ce n’est pas grave, on fera la grasse matinée ensemble ce week-end !

petit-dej
Elle est pour qui la fraise ? Pas pour toi, huhu !
L’Homme est joueur.

 

7h50 : L’Homme file prendre une petite douche pendant que je débarrasse le petit-déjeuner et que je mets un peu d’ordre dans la cuisine. Trois fois rien, je ne supporte pas de laisser trop de choses à faire le soir. Et soyons honnêtes, il suffit d’à peine 5 minutes avant d’aller se coucher quand on s’y met à deux, et s’endormir dans une maison propre et bien rangée, c’est tout de même plus agréable non ?
8h00 : L’Homme va poser un baiser sur la joue de notre petite poupée avant de partir au boulot. Cela ne la réveille pas, elle a le sommeil si profond ! Puis il m’embrasse tout tendrement, me souhaite une bonne journée et s’en va.
Je file moi aussi sous la douche : c’est mon petit moment à moi du mercredi, juste un peu de détente et de temps pour prendre soin de moi. Une longue douche, puis mon petit rituel beauté : crèmes, sérums, un peu de maquillage, subtil et discret, une touche de parfum. Un coup de brosse en poils de sanglier dans mes cheveux suffit, j’ai la chance d’avoir une belle chevelure naturellement lisse et soyeuse !
8h30 : J’entre doucement dans la chambre de mon bébé d’amour, qui dort paisiblement, un vrai petit ange… Je l’embrasse et la caresse doucement, et mets en route sa petite peluche musicale qui entonne sa mélodie préférée. Elle ouvre ses petits yeux et m’adresse un sourire tout ensommeillé. Ça me fend toujours le cœur de la réveiller, mais je ne veux pas qu’elle soit trop décalée, et si je la laissais faire, cette petite coquine dormirait jusqu’à 11 heures ! Le temps d’un câlin, on va jusqu’à la cuisine pour son petit déjeuner : un bon biberon de lait, et une tartine de pain frais avec un peu de confiture de mamie, aux mûres, sa préférée !
9h00 : Il est temps d’aller faire une petite toilette et de s’habiller ! La tenue de ma chérie est déjà sur la table à langer : une belle petite robe Catimini rose et grise tellement chou ; elle a déjà un faible pour les princesses ! Je prépare toujours tout la veille c’est tout de même plus pratique, et je n’aime pas que ce soit la panique le matin. Ma puce jette son pyjama et son body dans la panière à linge sale : c’est devenu un jeu, et ça la fait beaucoup rigoler !
9h10 : Un de mes moments préférés de la journée. Un long moment à consacrer à ma fille, à jouer avec elle, discuter, rigoler ensemble. C’est tellement de bonheur partagé !
Biiiiih !!! Bibi Maman !!!!!
Je suis réveillée en sursaut par un cri strident. Pendant quelques secondes je me demande où je suis : Nana est devant moi en train de brailler, et mon réveil indique 6h42. Punaise, j’ai encore rêvé de Annabella et Chériechou…
– Non Nana, tu vois là il fait nuit, il est beaucoup trop tôt. Tout le monde dort, Maman, Papa, Doudou, et toi aussi tu devrais dormir. Alors tu vas retourner dans ton lit avec Babouche, et vous allez faire un gros dodo, Je viendrai vous réveiller quand il sera l’heure. D’accord ?
– Accord.
L’Homme a à peine émis un petit grognement, c’est donc moi qui m’y colle. Ça me change pas trop tu me diras. Je repose Nana dans son lit, elle ne bronche pas. Étonnant. Tellement que c’est un peu suspect…
Puis je retourne me vautrer dans mon lit.
6h51 : Bruit de porte qui s’ouvre. Petits pas sur le parquet de la chambre qui s’approchent dangereusement de moi. Je garde les yeux bien fermés, on ne sait jamais.
– Maman, dodo ?
Je ne réponds pas, et fais semblant de ronfler, très légèrement, histoire de tromper l’ennemi.
Nana ouvre d’un seul coup ma paupière avec ses doigts. Merci mon ange pour ce réveil tellement délicat. Ma fille, la douceur personnifiée. Ok, on tente autre chose :
– Tu veux venir faire un petit dodo avec Papa et Maman ?
– Oui ! Ton exalté qui ne présage rien de bon.
– D’accord, alors viens te coucher un peu entre nous. Et on dort hein ?
– Oui
6h58 : Nana s’agite dans tous les sens, puis commence à me caresser pétrir le visage avec les doigts. Puis avec les pieds. Visiblement ça la fait beaucoup rigoler. Et comme Papa n’a pas l’air de s’amuser autant qu’elle, elle lui grimpe sur le ventre et se met à sauter dessus comme une sauvage. Un petit rodéo de bon matin, y’a que ça de vrai.  Autant dire que l’Homme ne peut plus du tout faire semblant de dormir là…
Il grommelle quelques phrases incompréhensibles (mais certainement peu agréables) et se lève d’humeur guillerette.
Nana est maintenant descendue du lit, et m’arrache le bras pour m’en faire sortir.
– Tu veux pas aller voir Papa, Nana ? Il va te faire ton bibi. (Et moi je vais pouvoir me vautrer sur son oreiller et baver dessus pendant quelques précieuses minutes).
– Non pas, Maman.
Bon, de toute façon, c’est pas maintenant que je vais me rendormir. Et l’œil dans lequel Nana a enfoncé son doigt me fait un peu mal.
7h05 : L’Homme est déjà sous la douche, bonjour la solidarité, hein. Du coup je vais faire couler 2 cafés (bien serrés, ça sera pas du luxe) et mettre le bibi au micro-ondes.
Ouhhh ! La honte soit sur elle ! Lapidez-la sur-le-champ !
Oui, je sais. Le micro-ondes, c’est le Mal. Sauf que quand elle est levée, Nana veut son bibi TUDESSUITE. Et c’est pas négociable. Donc le chauffe-bibi qui met trois plombes, et les cris hystériques de bébé qui a la dalle, le matin à 7h c’est dur à encaisser. Et ça peut te pourrir tout le reste de ta journée en atomisant les quelques bonnes ondes que tu pouvais avoir au réveil. Alors oui, parfois je dois bien l’avouer, le micro-ondes m’a sauvé la vie.
Je me rappelle en fait d’une journée bien précise, quand j’étais encore une siouper-maman-trop-parfaite (huhu, je plaisante, je l’ai jamais été rassure-toi), où dans l’urgence, alors que Nana pleurait déjà, j’ai décidé de faire réchauffer un petit pot de légumes au bain-marie. Idée lumineuse. 15 minutes après, j’avais perdu 2 dixièmes à l’oreille droite, Nana avait le visage inondé de larmes, et moi le moral à six pieds sous terre, en mode « Mon Dieu mais quelle mère faut-il être pour mettre son bébé dans des états pareils. » Et Nana a fini par cracher au visage de Maman manger avec délice un petit pot encore à moitié froid. Mioume.
pleure
Je me boirais bien un petit bibi moi. Là. Maintenant. TUDESSUITE !!!
La patience, première vertu du grumeau.

7h10 : Bibi collé dans le bec de Nana qui boit goulûment. Ça c’est fait.
J’en profite pour avaler mon café brûlant, car je sais pertinemment qu’après, ça sera trop tard. Et qu’il aura le temps de refroidir 20 fois avant que je puisse le boire.
L’Homme sort de la douche, s’habille et boit son café, le tout en trois minutes.
– Du coup j’en profite pour partir tôt, comme ça je pourrais être là plus tôt ce soir.
Mensonge éhonté : on sait très bien que, de la même façon que Nana ne se réveille pas plus tard quand elle se couche tard, l’Homme ne rentre pas plus tôt quand il part tôt (tu me suis toujours là ?).
Un bisous à Nana, un à moi, un « bonne journée mes nénettes », et l’Homme s’en va au boulot.
En même temps que Nana finit son bibi.

7h20 : Je pousse sur un coin de la table de la cuisine les plateaux encore pleins du dîner d’hier soir. Pour changer, on s’est endormis comme des grosses loutres narcoleptiques devant le film. Et quand on s’est réveillés en sursaut avec le générique de fin, on n’avait aucune, mais vraiment aucune envie de tout ranger dans le lave-vaisselle.
Ce matin, au milieu des relents de croûtes de fromage et de sauce carbonara, je me dis qu’on aurait peut-être pu se bouger un peu.
– Nana, tu veux une biscotte ou une tartine de pain ?
– Bicotte. ‘lat.
– Il n’y a plus de Nutella Nana (comment s’expliquer que le Nutella semble s’évaporer miraculeusement dans les airs, alors que cette mauvaise sauce bourguignonne finit toujours par pourrir au fond de son petit pot ?). Je vais te mettre un peu de confiture sur ta biscotte.
Nana croque avidement dans sa biscotte, toute contente, puis prend une deuxième bouchée qu’elle recrache aussitôt.
– Non pas, tatine Nana.
Positive attitude et self-contrôle. Je tartine un morceau de pain. Et je fourre dans ma bouche la biscotte qui dégueule de confiture.
5 minutes de répit, avant que Nana ne jette sur la table le reste de pain qu’elle ne veut plus, et que Maman s’empresse d’engouffrer. Oui, sache que je suis une poubelle de table de luxe : vieux croûtons, fonds de yaourts, restes de nouilles, rien ne me résiste.

7h30 : On va s’habiller. Sauf qu’il n’y a plus de body propre… Bouarf, celui qu’elle porte n’est pas tellement sale finalement, ça ira bien.
Qui dit mercredi dit promenade aux jeux. Et qui dit promenade aux jeux dit gamelles et glissades dans la terre, donc les jupettes et autres robes de princesse, on oublie. Un jean ce sera parfait, avec ce pull qui a l’air ni trop petit, ni trop froissé.

7h40 : Je suis une maman faible. Je propose à Nana un petit Trotro. Et j’en profite pour m’affaler sur le canapé, sous un plaid.
– On regarde 3 épisodes, et après c’est fini.
Ça passe vraiment super vite 3 épisodes de 3 minutes…
– Bon, un dernier et après ça suffit.
Deux épisodes plus tard, j’étains la télé sous les pleurs .

7h55 : Le début des hostilités : c’est l’heure de jouer. Encore 4h05 à tenir jusqu’au déjeuner, la journée promet d’être très longue. On alterne, par tranches de 5 minutes environ : pâte à modeler, poupées, rangement de la cuisine, dînette, lessive, coloriage, puzzle, aspirateur dans le séjour, circuit de train.

8h30 : Je m’enfile 2 granolas qui traînaient (dans la boîte à gâteaux, humhum…), de toute façon le paquet était ouvert, ils auraient séché. Et puis on peut pas dire que j’ai vraiment petit-déjeuné ce matin. Déculpabilisation, mode on.

8h32 :
– Nana, je vais prendre une petite douche, tu joues bien tranquillement dans le salon pendant ce temps.
– Nana bain.
– Ce matin c’est moi qui prend ma douche, toi ce sera ce soir.

8h34 : Nana a décidé de m’aider, et fait tomber dans la baignoire un par un tous les flacons de shampoing et de gel douche. Puis elle disparaît un instant, et revient y balancer un nounours qui semblait avoir une furieuse envie de prendre un petit bain. Enfin, elle m’informe d’un « ‘uzzle » et sort de la salle de bain.

8h36 : Pas un bruit. Rien. Et ça n’est jamais de très bonne augure. Je me savonne en quatrième vitesse en prenant bien soin de ne pas mouiller mes cheveux (humide, ma tignasse a une fâcheuse tendance à frisotter, façon caniche mal dégrossi) et sors de la douche, déjà inquiète de voir quelle bêtise est en train de se préparer.
Nana est dans le salon, assise devant la table basse, en train de faire un puzzle. Je la prendrais presque en photo, l’Homme me croira jamais sinon.

8h38 – 9h20 : cf. 7h40 à 8h30

9h20 : Overdose de puzzle et coloriage en vue. Zou, on va faire un petit tour au jeux !

9h40 : Théoriquement, on est à 5 minutes à pieds du parc, mais le « moi seule, pas pousser » et les guibolles de moineau ralentissent considérablement le rythme.
On arrive finalement au parc, moi traînant Babouche dans la poussette et essayant d’empêcher Nana de se jeter sous les voitures. Là, on peut considérer que j’ai fait mon sport de la journée. J’ai en tous cas largement éliminé les 2 granolas.
Je m’installe sur un banc et regarde Nana courir partout comme une perdue / arracher l’herbe par poignées / poursuivre les chiens / monter consciencieusement des gravillons en haut de la structure et les balancer du haut du toboggan / se gaufrer dans la terre (quelle maman prévoyante je fais).

10h15 : Annabella fait son entrée dans le parc, Chériechou à la main. On croirait une pub pour le Comptoir des Cotonniers, mère et fille raccords et à la pointe de la mode. La classe. Je baisse les yeux sur mon bouquin, l’air très absorbé : pas envie de taper la discute et de m’extasier sur Chériechou pendant une heure.
Sauf qu’Annabella me fait de grands signes de la main et vient s’installer à côté de moi.
Je me félicite de ne pas avoir mis à Nana le pantalon pisseux en toile de parachute, ultra-résistant mais tellement hideux. En revanche, moi, j’ai honte. Je ressemble à une clocharde à côté de super-maman : cernée, échevelée et sapée comme un vieux sac.
On papote, on regarde les filles s’amuser, ou plus exactement

  • Nana pousser Chériechou et la faire tomber
  • Nana jeter des gravillons sur Chériechou
  • Nana faire tomber Chériechou de l’échelle du toboggan pour passer d’abord
  • Nana faire 2 passes de ballon à Chériechou avant de s’enfuir avec
  • Nana hurler sur Chériechou comme un putois parce qu’elle a essayé de lui faire un bisou
ballon
Sache, Chériechou, que ce ballon est à moi. Et je te déconseille
vivement d’essayer de t’en approcher.
Elles sont charmantes, vraiment. Nana vient vers nous, des petits cailloux plein la main :

– Maman, tiens
– Merci ma chérie, qu’est-ce que c’est ?
– Bière
– Huhuhu (sourire gêné)
Mieux vaut se taire dans ces cas là, tout ce que je pourrais dire ne fera que m’enfoncer un peu plus.

11h : Nana, crépie de terre et les joues toutes rouges, s’approche de moi :
– Nouilles
– Bah non Nana, ce n’est pas encore l’heure de manger !
– Ayourt
– Non plus.
– Pompote ?
– Huhuhu (re-sourire gêné). Je crois qu’on va y aller nous, on a plein de choses à faire à la maison ! (Tu parles, oui !)
On se dit au revoir, et je regarde Annabella et son chignon parfait et Chériechou et son collant blanc immaculé s’éloigner.

promenade
Annabella et Chériechou aiment profiter du mercredi
pour faire une petite promenade bucolique.

11h25 (5 minutes de plus qu’à l’aller, tu es observateur. On a trouvé des glands sur la route, et les glands c’est franchement passionnant, et ça mérite bien qu’on s’arrête devant 5 minutes) : de retour à la maison.
Nana réclame à manger, avec une voix qui monte de plus en plus dans les aigus. Dans le désordre, nouilles, saucisses, yaourt, compote, chocolat, gâteaux, jus. Que des trucs très sains et équilibrés quoi.
J’essaie de faire diversion en proposant un petit loto, de jouer aux cubes, mais rien n’y fait, Nana a les crocs.

11h40 : Allez, 11h40 c’est une bonne heure pour manger.
– Tu veux quoi Nana, du poisson ou des saucisses ? (Pourquoi je pose la question d’ailleurs…)
– ‘cisses.
Je décongèle une galette de légumes (merci Picard) et fais cuire nouilles zé saucisses.

11h45 : Nana a enfilé le bavoir et se goinfre de saucisses, nouilles et légumes (dans cet ordre).
– Tu veux quoi comme fromage Nana ?
– Fromage !! (air extatique)
– Oui, mais quoi comme fromage, Kiri ou Babybel ?
– Oui !!
– Oui quoi ? Oui Kiri ou oui Babybel ?
– Bybel
Puis une petite clémentine pour finir le repas.
– Dessert !
– Tu as déjà eu un dessert, la clémentine ça compte comme un dessert.
– Ayourt. ‘tine, autre.
Une dernière clémentine. On reste ferme sur le yaourt, la compote et le gâteau. Quelle autorité, hein ?

12h05 : L’heure bénie de la sieste est arrivée. La première trêve de la journée, où Maman va pouvoir déjeuner tranquillement, se reposer un peu, regarder un épisode de Revenge (déjà qu’elle en a 5 de retard), éventuellement faire une petite sieste.
Stop, je me fais du mal là. Parce que je sais très bien que ça sera plutôt débarrasser le repas de Nana et karchériser le séjour, ranger et nettoyer la cuisine, déjeuner à toute vitesse, étendre la lessive, ranger les 8000 jouets qui jonchent le sol du séjour, se poser 10 minutes pour pianoter sur ma tablette, commencer à m’assoupir… Et entendre pile à ce moment Nana se réveiller.
Mais ne pensons pas à tout ça : matinée du mercredi, ça c’est fait !

d-C3-A9sordre
Chic, un peu de rangement ! Ça tombe bien, je n’avais pas du tout envie de faire la sieste !

Pendant ce temps, chez Annabella et Chériechou….

10h15 : Nous arrivons au parc, après avoir bien joué toutes les deux tout le début de la matinée.
Nana et sa Maman sont déjà là tiens. Elle a l’air de s’ennuyer ferme assise toute seule sur son banc. Je vais aller lui tenir compagnie, pas que ça m’enchante mais c’est quand même la moindre des choses…

Quand même, Nana elle est… Comment dire… Tonique. Elle a du mal à rester 5 minutes à faire la même chose j’ai l’impression… C’est qu’elle doit être mal habituée chez elle je pense. Moi je vois, Chériechou est très autonome, et peut rester de longs moments à jouer toute seule ou à regarder des livres. D’ailleurs elle serait toujours en train de cueillir des pâquerettes si Nana était pas venue la pousser pour la faire tomber…

Oh… La petite a amené une poignée de cailloux à sa mère, en lui disant que c’était de la bière ! Franchement, on comprend mieux certaines choses, et pourquoi elle n’a toujours pas réussi à perdre sa petite bouée depuis la naissance de Nana. Je trouve qu’elle pourrait quand même faire un peu plus attention à elle… Faire un petit régime pour retrouver la forme, un peu de sport, s’habiller avec de jolies choses, se maquiller un peu… Elle a de ces cernes, mais elle ne dort pas ou quoi ? Moi je ne comprend pas trop ce laisser-aller… Je trouve que c’est la moindre des choses de faire un minimum attention à soi… Pour soi d’abord, et puis pour son chéri quand même.

Et cette manie qu’a la petite de réclamer tout le temps à manger, c’est quand même étrange je trouve… Elle ne fait que ça ou quoi ? Chériechou ne réclame jamais rien, elle. Et puis pas des carottes et des fruits ! Si elle mange vraiment comme ça chez elle, elle va finir par être grosse cette petite. Pour l’instant ça va qu’elle s’agite autant, mais ça ne durera peut-être pas éternellement…

11h30 : On quitte le parc, et on rentre à la maison en faisant un minuscule détour par la place. Il y a le marché ce matin, et j’ai très envie de cuisiner à Chériechou un peu de poisson frais.

11h40 : Chériechou lit tranquillement un livre dans le salon pendant que je prépare notre repas. J’aime tellement partager mon déjeuner avec elle, c’est un petit moment de complicité de plus… Du poisson frais en papillotes, des galettes de légumes que j’ai cuisinées ce week-end, un peu de riz pour accompagner, du fromage et une compote mangue-ananas que j’ai préparée hier. J’adore lui faire découvrir chaque jour des nouvelles saveurs ! Et elle est tellement facile, c’est un vrai plaisir de cuisiner pour elle !

12h : On passe à table toutes les deux, et on profite du bonheur de prendre un repas entre filles.

12h30 : Chériechou commence à se frotter les yeux, vite, au dodo ! Pendant ce temps, je prend 5 minutes pour débarrasser la table du déjeuner et mettre un petit coup de propre dans la cuisine.
Un peu de temps pour moi, je vais peut être avancer dans mon livre, on alors continuer l’album photo de Chériechou, je vais voir… Une chose est sûre, il me tarde qu’elle se réveille… J’aime tellement le mercredi !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

2 Comments

  • Reply Marie

    J adore tout simplement!! ta journée qui ressemble tellement aux miennes, et je suis bien loin aussi d annabella et cherichou…
    Au début de ton récit, je me disais whaou!!! Et oui ouf!
    J adore plein d humour, continue 🙂

    24 avril 2014 at 5 h 33 min
    • Reply Marie DiaboloCitron

      Merci beaucoup, vraiment ! Et oui, grasse mat, petit dej paisible, un peu de calme juste de temps en temps… qui n’en rêve pas?!

      24 avril 2014 at 8 h 14 min

    Leave a Reply