Follow me:

Les débuts de l’autonomie : que du bonheur !

A l’occasion de ses 20 mois, Nana a enrichi son vocabulaire d’un nouveau mot. Et fière de cette nouvelle acquisition, elle en use, et en abuse. Toutes les occasions sont bonnes.
SEUUULE ! Dit d’un air aimable et jovial. Non, je déconne. Hurlé comme un putois avec des yeux de poupée Chucky. Et parfois agrémenté d’un « moi », des fois qu’on serait trop couillons pour comprendre, hein. Même chose pour « non » d’ailleurs, pas forcément évident pour ces boulets de parents. Alors que « non PAS », là d’accord.
C’est bien me direz-vous ! Ma petite fille est en train de grandir,de s’engager sur le chemin de l’autonomie, et d’affirmer son caractère. Du caractère, ça c’est sûr elle n’en manque pas. Même qu’un chouia moins ça ne m’aurait pas dérangée. Et puis bien costaud, le caractère.
Bref, du coup chaque jour, on se retrouve dans de très charmantes situations, de préférence quand maman est au choix en retard / légèrement agacée / en manque de sommeil et de café. Ou les trois.

Il est l’heure de partir à la crèche. Merde, même largement l’heure en fait. Pour bien faire il aurait fallu partir il y a 5 minutes. Branle-bas de combat, on enfile en vitesse chaussures et manteau, non pas celui-là plutôt l’autre, l’écharpe et le bonnet, piochés au hasard savamment choisis dans le tiroir à bonnets.
– Non, seule.
Ok, alors on va dire que tu mets ton bonnet pendant que maman finit d’attraper ses affaires et le paquet de granolas (qu’elle boulotera bien à son aise dans la voiture).
Bonnet qui couvre un œil et laisse dépasser les deux oreilles façon troll, très seyant.
– C’est très bien ma chérie (il faut encourager son enfant), viens là que je t’arrange un peu (mais bon quand même faut pas déconner, j’ai une réputation à tenir à la crèche).
– Non pas, seule.
Bon, après tout, si tu tiens vraiment à avoir l’air d’une truffe ça te regarde… On dira qu’aujourd’hui je te dépose devant la crèche et que je m’enfuis en douce, ok ?
__________
On descend de la voiture, cette fois c’est sûr, maman va être bien à la bourre au boulot. J’attrape le sac d’une main, Nana de l’autre.
– Seule !
Seule pour marcher de la voiture à la crèche, sauf que là, désolée Nana mais ça va pas être possible. car Nana ne sait pas ce que veut dire marcher vite. Non, elle préfère flâner tranquillement… Tiens, un brin d’herbe, si je le contemplais 5 minutes ? Oh, une crotte de chien, génial je vais m’empresser de marcher dedans. Oula, une mini-côte, attention Nana tu vas caler là…
C’est donc là que la maman sournoise et fourbe profite de la naïveté de son petit bébé d’amour…
– D’accord Nana, alors on fait moit-moit : je te porte jusqu’à la moitié, après tu marches toute seule.
Et bien entendu cela finira par Maman courre avec Nana dans les bras, et lui propose de finir toute-seule-comme-une-grande sur les 20 mètres du petit chemin qui mène à la crèche. Nana est ravie, Maman a limité la casse.
Tellement crédule cette Nana, trop facile de la mener en bateau quand même…

gateau
On partage le grumeau ? Tu prends cette part et moi je finis.
Tellement naïf le grumeau.
__________

Retour de la crèche, on décide d’aller prendre un peu l’air (et de bien crever Nana avec courses poursuites autour des jeux, toboggans zé balançoires parce que comme ça elle sera moins casse-pompon ce soir ça lui fait du bien). Et tiens, on va prendre le vélo ça sera sympa. On monte donc sur le petit vélo, et je commence à pousser.
– Non pas !!! Moi seuuule !!!
– Mais tu sais pas encore pédaler Nana (avec tes cuissots de poulet anémique), tu vas pas avancer si je te pousse pas.
Nana devient toute rouge et crie fort. Tous les voisins sont contents qu’on soit rentrées de la crèche.
Ok, si tu y tiens. Rien de tel que d’expérimenter par soi-même après tout. Je lâche donc le vélo et laisse Nana se dépatouiller comme une grande. Elle appuie comme une sourde sur les pédales, qui ne bougent pas d’un millimètre. Crie encore plus fort. Puis se met à pleurer. La patience et la persévérance, premières qualités du grumeau.
Allez, finalement la poussette, c’est pas mal aussi.
__________
19h15. On devrait déjà être en train de déguster une plâtrée de nouilles au gruyère une succulente petite soupe maison aux 3 légumes. Bio, naturellement. Mais au lieu de ça, Nana est en train de s’ébaudir joyeusement dans son bain, transformant ma salle de bain en annexe de la piscine municipale. Pendant que je la regarde faire. Oui, quand son Altesse fait ses royales ablutions, le larbin qui l’accompagne, au choix Papa ou Maman, est sommé de la regarder jouer. Et si elle s’aperçoit que je suis en train de faire une petite partie de candy crush en douce sur ma tablette, elle me rappelle à l’ordre d’un sympathique « Maman, ici ! ». Autoritaire ? Non, pensez-vous !
Bref, finis les avalages de litres d’eau pourrite et les jetés d’eau dans la face à Maman, c’est l’heure du savonnage. Seuuuuule !
– Pschitt, me demande-t-elle avec sa petite mimine tendue.
On pschitte , elle frotte ses petites mains et applique sur 3 cm² de bidon.
– Acore Maman.
On renouvelle 5 fois l’opération, toujours sur le bidon, efficacité redoutable. On a passé un quart du flacon de gel-douche Podéfesses, et rien n’est lavé. Sauf le bidon, nickel il faut bien le reconnaître.
– Acore.
– Non, ça suffit Nana, c’est moi qui vais finir de te laver.
hurlements hystériques parmi lesquels on perçoit quelques « non pas » et « moi seule ».
Allez c’est bon, tu joues une minute (le temps que je finisse ma partie) et on sort. On aura qu’à dire que tremper dans une eau tiédasse et savonneuse finira de te laver.
Oui, Maman est un peu lâche parfois, mais elle sait qu’il va falloir enchaîner avec le dîner, alors autant garder un peu d’énergie pour la suite.

mousse-b-C3-A9b-C3-A9
Chériechou, le grumeau de Annabella (aka Supermaman), elle,
sait déjà très bien faire mousser.
__________

Il est maintenant l’heure de manger seuuule. Alors il faut bien avouer que ça a un côté très pratique : plus besoin d’être là pour chaque cuillère, surtout que Nana se débrouille plutôt pas mal, rapport au fait que depuis la rentrée de septembre, elle mange les mêmes repas que les grands à la crèche, finies purées et compotes, bonjour choux de Bruxelles et brandade de morue ! Du coup, quand elle est assise à table et que les nounous ont amené les assiettes, deux solutions s’offrent à elle : soit elle attend pendant une durée indéterminée qu’on vienne s’occuper d’elle, et ça c’est pas tellement concevable pour une grosse bouffe comme ma Nana, soit elle se dépatouille toute seule. Du coup le choix a été vite fait : on empoigne la fourchette et on se lance, l’estomac n’attend pas, telle est sa devise !
Après, quand je dis qu’elle se débrouille bien, il faut quand même être un peu honnête et excepter la soupe, qui vient systématiquement redécorer le séjour et crépir bavoir, pyjama et trombine tout juste lavée. Et le riz (ou la semoule, même combat), qui n’est pas foutu de rester peinard dans sa cuillère, le pourri, et finit toujours par choir par terre. Et il se trouve que j’adore marcher avec mon délicat collant (surtout s’il n’est pas filé) sur des grains de riz fraîchement tombés. Vraiment.

__________

– Un fromage maintenant ma Nana ?
– Oui, Kiri teuplé (z’avez vu comme elle est bien élevée cette enfant ?!)
– D’accord, je vais te l’ouvrir.
– Non pas, seuuule !
Gros effort de self contrôle, et pour ne pas assister au carnage, je file dans la cuisine chercher une éponge pour nettoyer la soupe et le riz au pied de la chaise. Puis je finis par aller récupérer sous les cris le Kiri atomisé, mais dont l’emballage est toujours intact, et par tenter de le tartiner lamentablement sur un morceau de pain. Qui avec un peu de chance ne tombera pas sur le carrelage côté Kiri.
C’est tellement agréable de dîner dans une ambiance paisible et décontractée. Enfin… C’était, fût un temps.

__________

Enfin, l’heure bénie, le moment de la journée tant attendu par tout parent (oui, toi aussi, ne mens pas) : le dodo. mais avant ça, la question rituelle :
– Tu veux faire un petit pipi Nana ?
– Oui.
On se pose donc sur le pot, et quelques minutes plus tard, Nana se relève toute fière, avec un grand sourire accroché aux lèvres. Fébrile, tremblante, Maman se précipite sur le pot, prête à applaudir à tout rompre et à se lancer dans la danse du caca. Sauf que les trois quart du temps, il n’y a rien dans le pot, que dalle. Déception cruelle.
Mais de temps en temps, oh joie, trois gouttes de pipi sont venues se poser au fond du pot. Et c’est ce moment là que choisit Nana pour dégainer son « Seuuule »… Seule pour aller vider le pot dans les toilettes. Car en bon petit grumeau qui se respecte, Nana connaît ses classiques, et a lu pas loin de 300 fois Tchoupi va sur le pot. Et elle sait que Tchoupi, lui, va vider le pot tout seul dans les toilettes. Ce qu’elle ne sait pas par contre, c’est que Tchoupi est une espèce de créature fantastique, vu qu’aucun grumeau de moins de 2 ans n’est capable d’amener son pot jusqu’aux toilettes et de le vider dans le trou sans en coller partout dans un rayon de 2 mètres. Si tu es en train de penser que le tien sait le faire, je te déteste d’avance, par principe. Et je préfère penser que tu es rien qu’un(e) gros(se) menteur(se).
Pas d’énervement et de crise avant le dodo, Maman va donc feinter, encore une fois. Et faire semblant de s’extasier sur le sublime pipi pour détourner l’attention de Nana, pendant qu’elle soutient le dessous du pot d’une main, l’air de rien. Finalement, juste quelques gouttes à déplorer sur le rebord de la cuvette, autrement dit pas plus que quand l’Homme sort des toilettes. Pas mal.

Voici donc comment, avec une multitude de petites autres choses, ma Nana commence à affirmer son indépendance, à grandir. Sauf…
Sauf, bizarrement, pour certaines petites choses. Des choses qu’elle ne fait JAMAIS seule, et pour lesquelles la présence de Maman ou Papa s’avère absolument indispensable :

  • Lire Petit Ours Brun. Le même album, de préférence. Pour la 36ème fois de la journée.
  • Se servir un petit coup d’eau. Maman le fait tellement bien, à toute heure du jour et de la nuit. Il est vraiment bien le service dans ce petit hôtel, alors pourquoi s’en priver ?
  • Regarder la télé. Nana aime profiter de programmes de qualité à côté de Papa et Maman (qui justement en raffolent, ça tombe bien. La dernière saison de Game of Thrones peut bien attendre). J’ai nommé, dans l’ordre, Trotro, Oui-Oui et Tchoupi.
  • Donner manger à Bébé / mettre Bébé au lit / lire une histoire à Bébé / changer la couche de Bébé. De toute évidence Bébé a de gros problèmes de transit ces temps-ci, et il devrait sérieusement penser à lever le pied sur les pruneaux.
poupee-pot
Aujourd’hui Bébé, on mange du riz et de la compote pomme-coing.
Alors c’est ça, le début de l’autonomie ? C’est quoi la suite ?!
Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply