Follow me:

L’apprentissage de la propreté, en 10 épisodes

Quand même, quand on sait qu’on est sur un blog de maman ici, je trouve qu’on a pas encore parlé beaucoup de pipi et caca. Parce que bon, quand même, soyons un peu honnêtes. Une fois qu’on est parents, dans la vraie vie, le pipi et caca occupent une place prépondérante dans notre vie. Et dans toutes nos conversations. Avec l’Homme, avec le docteur, Papi et Mamie, les copains qui ont des schtroumpfs, et ceux qui n’en ont pas aussi d’ailleurs, pour leur plus grand bonheur. La couleur, la consistance, le doux parfum, la fréquence… Sont autant de sujets frais et agréables qui alimentent désormais nos conversations.

P2274443

Du coup, voilà un petit billet bien senti (huhu, tu l’as comprite ?) en 10 épisodes sur le pipi, le caca, leurs dérivés de toutes sortes et l’apprentissage de la propreté.

Episode 1 : la belle vie en couche

Jusqu’aux 18 mois de Nana, très franchement, on n’a pas du tout pensé à la propreté. Mais alors vraiment pas. Peut-être parce que ton bébé est encore tellement petit-choupi-mignon que tu es très loin de penser à ça, peut-être en raison des 8000 autres apprentissages que tu essaies de mener de front tant bien que mal.

Alors bien évidemment, il y a toujours des trous-du-cul-occupe-toi-donc-du-tien des personnes charmantes et bien attentionnées (coucou Annabella!), pour pousser un cri alarmiste, un brin offusqué, quand tu déclares que ton schtroumpf n’a encore jamais été sur le pot. Parce que bien évidemment, leur schtroumpf à eux, aka Chériechou, cet être génial et incroyablement doué, a été propre vers ses 12 mois. Oui, le jour et la nuit. Et puis si tu avais vu ça, elle a été propre d’un seul coup, comme ça, du jour au lendemain. Une merveille. Et tu remarqueras que bien souvent, ces formidables schtroumpfs sont aussi ceux qui marchent à 9 mois, font la dictée de Pivot à 12, ont toutes leurs dents qui sont sorties comme si de rien n’était à 13 et mangent comme des chefs sans saloper la cuisine trois fois par jour à 14.

Bon, on n’a pas trop fait cas de ces bébés incroyables, vu qu’il fallait bien se rendre à l’évidence, le notre été tout nul et tristement banal, et à un an, Nana se contentait de se s’étaler de tout son long après avoir fait 4 pas, de balbutier quelques « papa », « maman » et « gatô », de coller plus de purée dans ses narines et dans ta fife que dans sa bouche délicate, et de sortir sa 4ème dent en en chiant sa race.

Et puis un jour, quand même, autour de ces fameux 18 mois… Les nounous de la crèche nous disaient que Nana commençait à s’intéresser aux mini toilettes, et puis les petits des copains qui avaient le même âge commençaient eux aussi à déposer quelques gouttes du divin liquide dans leurs petits pots ridicules. Alors on s’est demandé… Et pourquoi pas nous ? Pas du tout qu’on en ai ras-le-pompon des couches débordantes, puantes, explosives, grumeleuses, pourries-moisites de notre petite chérie d’amour, et des paquets de Pampers poduku qui remplissent notre caddy à chaque virée à Carrouf. Mais que vas-tu imaginer ? Non, nous avons simplement pensé au bien être de notre fille et à son épanouissement, évidemment.

Episode 2 : Nana et le pot, première rencontre

Il se trouve qu’un vieux pot traînait dans le garage, oublié par des copains un précédent week end. Ni une ni deux, nous sortons le pot et l’installons, l’air de rien, dans la salle de bain. Et, oh joie ! Nana l’adore ! Plusieurs fois par jour, elle s’assoit dessus, et y passe de très longues minutes, avec ou sans la couche, avec un bouquin ou un bébé à la main. Quelle étape de franchie tout à coup ! Sauf que bon, elle ne fait pas une goutte de pipi. Nada, niet, que dalle.

Tant pis, on ne va quand même pas la stresser tout de suite : on la laisse donc faire, pendant 2 ou 3 mois.

Episode 3 : Il est là le divin pipi, jouez hautbois, résonnez musettes…

Et comme ça, un jour comme les autres, Nana décide de dégager sa couche et de pissouiller copieusement dans son pot ! Alleluia ! Comme tu peux l’imaginer, nous sommes restés dans la retenue et la sobriété, comme toujours. Car tout le monde le sait, ce n’est pas bon du tout de s’extasier devant le pipi et le caca, il vaut mieux la jouer discret. Non, je rigole. En vrai, on a explosé de joie, on a crié très fort, applaudi à tout rompre et entamé une danse du pipi autour du pot. Allez, on s’est quand même retenu d’avertir les médias et de le prendre en photo, c’est pas si mal.

Et depuis ce jour, de temps en temps, et de plus en plus régulièrement, Nana daigne abandonner dans le pot le merveilleux pipi.

Episode 4 : les choses se précisent

A l’approche des 2 ans, les choses se précisent. Sans doute parce qu’à la crèche, Nana voit ses copains faire et fait presque systématiquement pipi dans le mini toilette. A la maison aussi d’ailleurs, et elle a même investi nos toilettes de grands, qu’elle utilise autant que son petit pot. Les nounous la sentent prête, on la sent prête… Allez, on se lance ?!

Episode 5 : lâcher de couche, round 1

C’est les vacances de printemps, il fait beau, Maman est fraîche et disponible moins cernée et fatiguée que d’habitude, on décide d’abandonner cette couche. Et pour l’occasion, on achète aussi un sublime pot à l’effigie de Ninnie la bien-aimée, et des culottes ornées d’immondes princesses (je m’étais jurée, pourtant…)

P3294545

pisser dans un pot à ton effigie, ne me dis pas que ça ne te fait pas rêver…

Jour 1, chez Papi et Mamie. Qui ont un beau parquet en chêne chez eux et sont super ravis qu’on choisisse ce jour-là pour commencer les essais. Pas un seul accident, et plusieurs pipis dans le pot.

Jour 2, invités chez la famille. Ils ont un beau parquet en chêne chez eux, du coup il ne nous semble pas utile de les informer que Nana risque de pisser dessus à tout moment. Pas un seul accident, et plusieurs pipis dans le pot.

_copie-0_2014-06-18 16.46.51

matériel indispensable du schtroumpf qui apprend la propreté : culottes ridicules et crocs (depuis qu’il a flingué 2 paires de chaussons en cuir en pissant dessus)

« C’est gagné ! » se dit-on, naïfs. Parce qu’apparemment, Nana était bien trop occupée chez les invités pour se concentrer sur ce qu’elle faisait, mais le jour 3, elle a décidé que cela n’allait pas durer, et qu’il était temps de reprendre la situation en main. Ce lundi nous étions toutes les deux à la maison toute la journée. 7 pipis par terre, rien que dans la matinée. Accompagnés à chaque fois de petits hurlements ravis, et de ces petits sourires qui te font dire que si elle sourit, c’est juste parce qu’elle est trop petite pour te faire un fuck…

hello-kitty-fuck

J’ai donc passé la matinée avec la serpillière greffée à la main, dans les relents de pipi, à me retenir de ne pas lui dévisser la tête. Et le soir, avec l’Homme, on a décidé d’un commun accord que Nana n’était pas encore tout à fait prête pour enlever la couche. En fait, c’est surtout moi qui étais d’accord au début, et quand j’ai décrété que dorénavant ce serai lui qui espongerait toutes les flaques de pipi, il a été d’accord lui aussi.

Episode 6 : un peu de répit

Les deux mois qui ont suivi, on a laissé Nana tranquille : elle allait faire pipi sur le pot quand elle en avait envie, sur les toilettes quand elle en avait envie. Elle continuait à réclamer sa couche, c’est bien qu’elle n’était pas encore tout à fait prête. Et puis après tout, elle avait tout juste 2 ans, on avait encore bien le temps.

En même temps, Nana a décidé de s’investir davantage encore dans l’apprentissage de la propreté. J’entends par là qu’elle a décidé que c’était à elle de prendre le pot rempli de pipi, de l’emmener jusqu’aux toilettes et de le verser « moi seule » dans la cuvette. Car en bon schtroumpf qui se respecte, Nana connaît ses classiques et a lu 78 fois Tchoupi va sur le pot. Merci donc Tchoupi petit enfoiré, je te bénis pour les dizaines de traînées de pisse entre la salle de bains et les toilettes.

Episode 7 : l’épineuse question du caca

Ah, ce caca, qu’est-ce qu’il a pu nous faire chi*** (trop easy les blagues sur le caca franchement !). Parce que si Nana faisait volontiers pipi sur le pot, elle ne nous gratifiait jamais du moindre petit caca. Ou en tout cas, les rares fois où cela arrivait, on se rendait bien compte que ce n’était pas fait exprès et que ça lui avait échappé… En règle générale, dès qu’on sentait que le caca arrivait (car depuis toute petite, quand Nana a envie de faire caca, elle fait une pause et se crispe un peu, peu importe ce qu’elle est en train de faire), on la collait sur le pot en l’encourageant : elle se retenait, faisait trois gouttes de pipi histoire de nous faire plaisir, et attendait patiemment qu’on lui remette sa couche pour filer dans sa chambre et faire caca peinarde.

On a tout essayé je pense :

  • l’amener avec nous aux toilettes pour lui montrer que nous aussi on fait caca (moment glamour s’il en est , où tu ravales en souriant ta féminité et ta grâce, et où tu es bien obligée de reconnaître que non, tu ne pètes pas des paillettes… Mais c’est pour la bonne cause)

  • Faire au-revoir au caca en tirant la chasse d’eau, et lui souhaiter en riant de faire un bon voyage pour rejoindre tous ses amis cacas… (Honte)

  • j’ai imprimé une petite feuille autour de laquelle se trouvaient tous les petits héros préférés de Nana, de Trotro à Sam le Pompier, en passant par Minnie, Dora et Peppa Pig. Parce qu’avoir tous ces héros qui te regardent pisser, j’ai du penser, sur le moment, que c’était trop la classe. Bref, quand Nana faisait pipi sur le pot, on collait sur la feuille une petite gommette en forme de rond, et il était prévu qu’après un caca, on en colle une grosse en forme de cœur. Après 4 ou 5 petites gommettes rondes, Nana a décidé qu’elle collerait bien une grosse gomette cœur. Mais qu’elle n’avait aucune envie de faire caca sur le pot. Elle a pleuré, s’est énervée, et a déchiré et piétiné la feuille. Echec cuisant de ma tentative d’apprentissage ludique.

  • On s’est émerveillé (beaucoup), on a menacé (un tout petit peu), on a eu honte (vraiment beaucoup).

Episode 8 : lâcher de couche, round 2

A l’approche des grandes vacances, les nounous nous ont confirmé qu’à la crèche, Nana était maintenant complètement propre (alors qu’elle ne l’était évidemment pas à la maison, tu penses bien. Avoir un parent qui te torche les fesses avec du produit qui sent bon, qui en profite pour te caresser le ventre en te parlant tout tendrement et finit avec des bisous qui pètent sur le bidon, qui serait assez bête pour renoncer à ça d’un coup?). Et elles nous ont signalé que parfois, si on loupait le bon moment pour enlever la couche, l’enfant pouvait complètement passer à côté et attendait parfois des mois avant d’être propre.

Ah, elles savent nous parler ces nounous ! Le lendemain, premier jour des grandes vacances, on retentait l’expérience, et on enlevait la couche à Nana.

Et… Miracle. Il faut croire que cette fois-ci elle était prête. Elle s’est mise à réclamer systématiquement le pot ou les toilettes pour faire pipi… et caca. Deux ou trois petits loupés à déplorer pendant l’été, sinon ça ne serait pas drôle, mais sinon, impeccable. Trop facile même, huhu.

Adieu donc les caddies qui dégueulent de Pampers Mega Pack parce qu’elles étaient en promo ! Adieu les caca moisis qui remontent jusqu’en haut du dos (ah désolée l’Homme c’était ton tour, c’est balot, hein…) ! Adieu les odeurs douteuses et les gens qui te regardent avec suspicion dans les lieux publics !

Episode 9 : découvrir de nouveaux petits plaisirs

A la place de tout cela, nous avons appris à découvrir de nouveaux petits bonheurs du quotidien.

  • Le stress des longues promenades ou des grands voyages en voiture, pendant lesquels tu demandes au schtroumpf s’il n’a pas envie de faire pipi toutes les 3 minutes environ. Et ce moment où il te dit oui alors que tu vois s’éloigner sur ta droite une aire d’autoroute, les larmes aux yeux.

  • La joie des toilettes publiques, mieux celles des aires de repos, justement. Déjà un pur moment de bonheur quand il n’y a que toi à gérer, alors avec un schtroumpf, le plaisir est décuplé, forcément…

  • Ce moment béni où, au beau milieu du rayon fruits et légumes, dans un supermarché bondé en fin d’après-midi et avec un caddie plein à la gueule, le schtroumpf t’annonce très fort qu’il a envie de faire caca TUDESSUITE. Honte, sourires gênés.

  • Un schtroumpf qui, alors que tu discutes tranquillement au salon avec les amis que tu as invités, en buvant une petite coupe et dégustant de succulents toasts au saumon, déboule tout à coup le cul à l’air, se penche en avant et hurle avec classe « j’a fait caca ! ». Vous reprendrez-bien un petit toast !

Episode 10 : La propreté, ça c’est fait… ou presque

Et oui, ça serait trop facile si ça s’arrêtait là ! Reste encore les siestes et les nuits, bien entendu. Depuis la rentrée, comme pour nous faire comprendre que maintenant elle fait bel et bien partie des grands, Nana est propre aussi à la sieste.

Pour ce qui est des nuits, même si Jacqueline Relou et Tatie Bernadette trouvent qu’on devrait aussi lui enlever la nuit, on a décidé avec l’Homme que tant que les couches pèseraient 8 kilos au réveil, on garderait la couche la nuit.

Affaire à suivre, donc !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

3 Comments

  • Reply DublinMarion

    Ton article m’a fait pleurer de rire du début à la fin!!! Littéralement.
    Mr bébé n’a pas encore un an donc on est bien loin de penser à la propreté, n’empêche que des fois j’y pense, et je te remercie pour cet aperçu en 10 épisodes! Ça me fait rêver! 😉
    Bonne soirée

    5 octobre 2014 at 19 h 02 min
    • Reply Marie DiaboloCitron

      Ah oui, en effet il te reste encore un petit peu de temps. Mais ca va vite être là et tu vas voir… c’est que du bonheur !!

      13 octobre 2014 at 10 h 36 min
    • Reply Louise

      Lieber Ulrich, liebe Anhzea,herrlicden Dank für die vielen neuen Erkenntnisse und die Inspiration, die wir durch Euch, bzw. euer Seminar erhalten haben. Wir fühlen uns beide positiv aufgeladen und im Frieden. Wir freuen uns auf das nächste Seminar und auf ein Wiedersehen mit Euch.Bernd und Bettina

      15 novembre 2016 at 6 h 24 min

    Leave a Reply