Follow me:
20150907_082006

La rentrée, côté Nana

Cette année était une grande année à la maison. Celle où mon tout petit bébé allait devenir une grande fille. Celle de la rentrée à l’école maternelle, donc. Je dois bien reconnaître que je n’étais pas folle d’inquiétude à l’idée de cette rentrée. Peut être rapport au fait que Nana se sent partout chez elle (qui a dit un peu trop ?) et est très à l’aise avec tout le monde (ou d’accord un peu trop aussi). Et qu’après trois ans passés à la crèche, la vie en communauté ça la connaît c’est le moins qu’on puisse dire. Et le respect des règles et de l’autorité aussi.

20150907_082006

Et cerise sur le gâteau, elle se retrouve dans la même classe que deux de ses grands copains de crèches et complices de conneries en tous genres. Mais ça c’est du passé qu’on se le dise, car la rentrée à l’école maternelle sonne le début d’une ère où ma tendre fille deviendra sage et obéissante. Ahem.

C’est donc avec impatience et beaucoup d’excitation que l’on attendait cette rentrée, Nana et moi. Et que je me moquais avec un air un poil méprisant de mes copines mamans qui appréhendaient ce moment, craignant les crises de larmes et autres démonstrations bruyantes qui te collent la honte devant tous les autres parents. Ou craignant de ne pas être capables de retenir une petite larme au moment de laisser leur progéniture vivre leur vie, les grosses nulles.

Le jour J arrive enfin. Une semaine après tout le monde, pour cause de rentrée échelonnée. Autant te dire que la veille du grand jour, Nana est complètement hystérique. On prépare le cartable avec dedans Babouche, des chaussons, des mouchoirs, un verre, des habits de rechange en cas de fuite intempestive. Tout le nécessaire du grumeau de 3 ans. On met les plus beaux habits, une petite photo tellement originale de Nana dans le jardin avec son cartable sur le dos, et c’est parti pour l’école.

Je le répète, j’étais plutôt très sûre de moi quant à la réaction de Nana à l’arrivée à l’école. Sauf que j’ai commencé à avoir des doutes quand j’ai vu une vingtaine de grumeaux morveux et rougeauds entrer dans la classe (ou plutôt tout faire pour ne pas y rentrer) en braillant et se roulant par terre. Dont les grands copains de Nana. Ceux qui étaient sensés être super à l’aise à l’école, vu qu’ils venaient de la crèche. Nana m’a un peu rassurée quand, dans mes bras, elle a regardé son grand copain s’accrocher comme un forcené aux jambes de sa pauvre mère en hurlant comme un goret, et m’a dit : « Malo il fait un peu la comédie quand même… ».

Un gros bisou, un câlin, et on l’a regardée dire bonjour à sa nouvelle maîtresse et rentrer dans cette classe comme un grande, sans un pleur, sans un cri. Sans un regard enamouré pour sa maman adorée. Je me suis retrouvée là comme une idiote, avec l’étrange sensation que ma petite fille n’avait pas tellement besoin de moi finalement, mais aussi tellement fière de la voir si grande et indépendante. Et je suis partie en enlevant une putain de poussière de mon œil.

Cette première journée s’est passée à merveille. Et toutes les suivantes aussi. C’est un vrai bonheur de voir Nana si heureuse d’aller à l’école chaque matin, avec son petit cartable sur le dos. Elle me surprend à chaque fois quand elle m’explique au dîner qu’il faut mettre de la levure dans la pâte pour faire gonfler les gâteaux, que les glands poussent sur les chênes, quand elle me montre le mercredi après-midi qu’elle sait casser les œufs toute seule sans coller de la coquille partout. Elle grandit tellement vite depuis cette rentrée…

Elle ne raconte presque rien, mais entre les petites histoires qu’elle veut bien lâcher de temps en temps et ce que dit la maîtresse, je sais que…

Elle fait la sieste comme une grosse loutre et s’endort en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, alors qu’on sue sang et eau à la maison pour la faire roupiller une demi-heure.

Sauf bien sur quand elle refuse de se déshabiller en disant à la pauvre malheureuse gentille atsem qui s’occupe de la sieste que « c’est pas toi qui décide ici ». Huhu, qu’elle est adorable…

Elle fait des gâteaux pour fêter l’anniversaire des copains, et ils soufflent leurs bougies chacun leur tour.

Ce qu’elle préfère, c’est la peinture, chanter des chansons et escalader la structure. Pourquoi ça ne m’étonne pas ?

Elle préfère mettre ses baskets que ses mignonnes petites chaussures roses poduku, parce que ça va mieux pour courir dans la cour et faire du vélo.

Elle mange de l’huile à la cantine. ???.

Paul est allé plein de fois sur la chaise à grandir, et elle pas une seule fois. Petite fille modèle grosse mytho.

Sur le temps périscolaire, elle fait du yoga. Et elle y apprend à faire le soleil, les fleurs qui poussent et les feuillent qui tombent. Et elle grommelle des trucs sans queue ni tête en joignant les mains comme si elle priait.

Sinon le reste du temps, elle ne fait rien, si on veut bien la croire.  Bref, l’école « c’est trop bien, tellement que je veux y aller tous les jours ». J’ai envie de dire… Pourvu que ça dure.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply