Follow me:

La laisser

La laisser. Je le fais, même si ça me déchire le cœur, à chaque fois.

2014-06-21 12.08.23

Lundi matin, Mamie est venue chercher Nana pour l’emmener chez elle, pour toute une semaine. Nana était surexcitée de ces petites vacances à la campagne avant l’heure, et l’attendait avec impatience. Moi, je suis arrivée en retard au travail. Parce que je n’arrivais pas à partir. Je n’arrivais pas à me dire que j’allais l’embrasser, et que ce soir, quand je rentrerais à la maison, je ne passerais pas par la crèche, elle ne me sauterait pas dans les bras en hurlant de joie, on ne rentrerait pas toutes les deux à la maison en papotant. Elle ne sera pas là. Je l’ai embrassée et serrée très fort contre moi, et j’ai fermé la porte de la maison le cœur gros. J’ai attendu d’être dans la voiture pour verser quelques larmes.

La laisser. J’y consens, parce que je sais que c’est une telle joie pour Nana, et pour ses grands parents. Parce que je sais que ça fait du bien à notre couple, qu’on en a besoin, que ça nous permet de nous retrouver, l’Homme et moi. Parce que deux fois par an, Nana est tellement mieux avec ses grands parents qu’à la crèche. Quelque part, je suis fière aussi, de voir que ma fille est si grande, si indépendante, qu’elle est capable de se débrouiller loin de nous sans pleurer ni nous réclamer toute la journée.

Oui, je la laisse. Mais toujours avec la boule au ventre. Avec la gorge qui se noue et les yeux qui se mouillent quand je vois son sourire coquin s’éloigner et sa petite main s’agiter pour nous dire au revoir. Savoir que je ne la reverrai pas le soir, ni les suivants. Que pendant une interminable semaine, je devrais me contenter de ses photos et de quelques conversations au téléphone. Personne pour venir nous réveiller en sautant sur le lit le matin. Personne pour nous réclamer un dernier bisous et puis encore un câlin. Pour danser sur la musique. Pour me prendre par la main et aller grappiller quelques framboises dans le jardin. Son rire me manque. Son blabla incessant. Les partie de Lynx, les tasses de thé, les gâteaux dégustés assises dans sa chambre, l’histoire du soir blotties l’une contre l’autre dans le canapé. Ce 18h-20h, si agité, si redouté parfois, il me manque terriblement.

Alors bien sûr, on a fait d’autres choses. On est allé manger au restaurant, dîner avec des amis, on a dormi mercredi matin. J’ai fait le grand ménage dans la maison, jardiné, fait des choses juste pour moi aussi. Et c’est vrai que ça fait beaucoup de bien.

Mais sans elle, les choses n’ont pas la même saveur. Qui aurait cru qu’en si peu de temps, ce tout petit bout de femme aurait pris une si grande place ? La maison est vide sans elle. Je me sens terriblement vide et inutile. Je surveille mon téléphone toute la journée dans l’attente d’une photo, d’un coup de fil. J’écoute chaque matin et chaque soir le message qu’elle m’a laissé, et dans lequel elle explique à Mamie que ça ne sert à rien de raconter sa journée puisque je ne suis pas à l’autre bout du téléphone. Je dors avec son deuxième Babouche sur ma table de chevet, tout près de moi. Je rentre dans sa chambre sans arrêt, machinalement, alors que je n’ai rien besoin d’y faire. Je contemple ce petit univers dans lequel elle n’est plus. Et j’ai envie de pleurer, et de la serrer de toutes mes forces sur mon cœur. J’ai envie de la sentir près de moi, j’en ai besoin. Jamais je n’aurais cru possible de ressentir un tel manque.

Et puis cet autre sentiment qui s’insinue en moi… Je la connais ma Nana, mieux que quiconque. Tellement aventurière, casse-cou, curieuse, elle a soif de tout découvrir. Elle vit à 100 à l’heure, et ne laisse pas une seconde de répits. La peur. Seront-ils capable de prendre soin d’elle ? Bien sûr que oui, je le sais très bien et je leur fais confiance. Mais quand même. Moi, je connais la moindre de ses petites habitudes, toutes ses envies et ses peurs. Je sais anticiper ses joies et ses peines. Je sais la rassurer quand, au beau milieu de la nuit, un cauchemar vient la réveiller en sursaut. Je sais la consoler quand elle se fait mal et qu’elle vient se blottir dans mes bras. Je sais que pour le goûter, rien ne lui fait plus de plaisir que d’aller manger des framboises ou des groseilles directement sur l’arbre, dans le jardin. Pourront-ils veiller sur elle comme cela ? C’est terriblement prétentieux, mais j’ai cette impression que personne ne saura prendre soin d’elle aussi bien que moi. Et je vis pendant la semaine avec la boule au ventre. En espérant que tout ira bien.

Dimanche midi. Je n’ai qu’une hâte, c’est de la retrouver, de la couvrir de bisous et de la serrer fort. Elle est ce que j’ai de plus précieux, et la laisser laisse un grand vide dans mon cœur. C’est bien pour elle, c’est bien pour eux. Mais je ne m’y fais toujours pas, à ces séparations. Elle fait partie de moi, et il me manque tellement de choses quand elle n’est pas là. Reviens-moi vite mon trésor, Papa et moi, on t’attend. Plus que tout.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

7 Comments

  • Reply C et son nombril

    Courage ! Pour ma part, je n’ai jamais essayé de le laisser aussi longtemps, je t’admire !! 😉

    27 juin 2014 at 11 h 40 min
    • Reply Marie DiaboloCitron

      Merci ! Ouf, on est presque au bout !! Je pourrais faire la grasse matinée demain, ca sera quand même un tout petit réconfort !

      27 juin 2014 at 15 h 44 min
  • Reply Valérie WonderMômes

    Courage ! Le seul à « partir » pour une nuit régulièrement c’est mon grand de 9 ans. Mon 5ansetdemi n’a fait qu’une seule nuit en dehors de la maison. Ma fille jamais…quand je vois dans quel état je suis pour une nuit dehors de mon grand…je ne peux que compatir 😉

    30 juin 2014 at 14 h 53 min
    • Reply Marie DiaboloCitron

      Merci ! C’est dur de les laisser partir… Mais je l’ai retrouvée dimanche, et quel bonheur !!

      1 juillet 2014 at 9 h 10 min
  • Reply Maman raconte

    Ton récit m’a donné une boule au ventre… Je n’aurais pas pu laisser lutin une semaine. J’admire ton courage ! Les retrouvailles ont du être fantastiques !!!

    3 juillet 2014 at 17 h 31 min
    • Reply Marie DiaboloCitron

      Oh que oui elles ont été belles ! Un bonheur de la voir à la porte avec un « cros bouquet pour toi maman ! »

      9 juillet 2014 at 20 h 13 min
  • Reply Eve

    That’s really thinnikg of the highest order

    15 novembre 2016 at 8 h 12 min
  • Leave a Reply