Follow me:

C’est la rentrée, tremble cellulite

Ca y est, après deux mois de flemme, de soleil, de litres de citronnade et thé glacé bière et de rosé sifflés sur la terrasse et de cornettos praliné boulottés tranquillou sans culpabilité (de toute façon, pour être belle en maillot c’était râpé pour cet été, alors perdu pour perdu…), c’est la rentrée !

Et point de rentrée sans son florilège de bonnes résolutions. Alors cette année, que du classique (que je devrais tenir grosso-merdo les trois premières semaines) : mieux m’organiser dans mon boulot, plus écrire sur le blog, arrêter de beugler sur Nana à tord et à travers (parce que le « non mais tu vas arrêter de crier, et tout de suite », hurlé sur un ton hystérique semble avoir trouvé ses limites). Bref, voilà venir le number ouane, le chouchou des bonnes résolutions, l’incontournable de chaque 1er septembre et 1er janvier : cette année c’est décidé, je perds du poids.

Alors évidemment j’ai déjà testé la piscine, sauf que ça mouille, ça pue, je manque de décéder chaque fois que j’essaie de remettre mon jean dans la moiteur des vestiaires, et être obligée de mettre mon maillot de bain de grossesse pour camoufler mes bourrelets, c’est mauvaise pour mon amour-propre. J’ai essayé le jogging aussi, plusieurs fois. Je suis hyper motivée le premier jour, après j’arrête pendant 15 jours à cause des courbatures, et puis parce qu’il pleut un peu là, non ? Et de toute manière il fait trop froid, on n’est pas des bêtes. Et il se trouve qu’il y a Grey’s anatomy, du chocolat et mon canapé qui m’attendent, j’ai pas que ça foutre moi.

Cette année je change donc de stratégie, et je décide de perdre mon argent en même temps que mes kilos, c’est donc parti pour la salle de sport. J’en trouve une qui a l’air très sympa, qui ne me coûtera pas la moitié de ma paye, et propose un accès illimité ainsi que des cours collectifs. Oui, parce que suer sur un vélo c’est sympa, mais moi ce que j’aime c’est me taper l’affiche devant un vrai prof.

Pour le premier cours, je choisis une activité qui m’emballe bien : un cours de step. Débutant tant qu’à faire, ça semble le plus raisonnable après ne pas avoir bougé mon cul pendant les cinq dernières années. J’arrive donc, pleine d’entrain et de motivation à mon cours. Et très vite pleine de honte, quand je vois les nanas à côté de moi. Cours débutant, mes fesses oui. Toutes gaulées comme ça devrait être interdit dans un cours débutant, legging moulant et brassière sexy. Je regrette un instant de ne pas avoir pris 5 minutes de plus pour chercher une tenue correcte, parce qu’avec mon short crépi de tâches de peintures (oui mais j’avais rien d’autre pour faire les travaux chez ma soeur) et mon T-shirt qui moule élégamment mes bourrelets, je fais clairement pitié. Heureusement que une ou deux filles ont l’air tout aussi sportives et stylées que moi, je me sens un peu moins seule.

Et c’est parti,l’échauffement commence, musique à fond et prof super dynamique. 5 minutes plus tard, les filles sont prêtes, moi je suis prête à vomir. Et la prof annonce que le cours commence. Je ne sais pas si je ne suis absolument pas coordonnée, ou tellement au fond du seau que je n’arrive à rien, mais je suis clairement très naze. D’ailleurs la prof me demande toutes les 3 minutes sur un ton exagérément enthousiaste si je vais bien. Alors qu’elle ne le fait pas une seule fois avec les autres canons à côté, alors soit elle m’adore, soit je lui fais pitié.

step-new

Mes nouvelles topines de step. On ne voit pas bien sur la photo, je suis au fond à droite, écroulée à-côté de mon step.

Et ça continue, tap-up, stomp, mambo et tralalala. J’ai en permanence 4 temps de retard, mais c’est pas tellement de ma faute parce que mes chaussures toutes pourries n’ont plus de dessous et glissent sur le parquet (car oui, j’ai fait du sport, fut un temps, aussi incroyable que cela puisse paraître ). 4 temps de retard, un rythme cardiaque à 420 et toujours un peu plus envie de romir. Mais c’est beau quand même, il faut bien l’avouer, de redécouvrir son corps, et tous ces muscles dont on ne soupçonnait même pas l’existence, et qui maintenant te font souffrir le martyre. Et le premier qui dit que les courbatures, c’est pire le lendemain, je le lapide.

45 minutes plus tard, on fait une dernière fois la choré, et je ne me trompe que 5 ou 6 fois. Quelques étirements, et on s’applaudit toutes joyeusement (j’ai du les épater pour un premier cours, je ne vois que ça. ) Ca y est le cours est enfin fini, et ça tombe bien parce que mes jambes ne me portent quasiment plus. Je me traîne lamentablement vers les douches pendant que Véronique et Davina enchaînent avec le cours de cuisses-abdos-fessiers. Désolée moi je ne peux pas, j’ai rencard avec mon canapé pour y mourir en paix en gémissant. Un coup d’oeil dans la glace avant de partir à la douche : je transpire, rien de plus normal. Ce qui l’est moins c’est la couleur qu’a pris mon visage. Tu as déjà vu quelqu’un de rouge, mais très rouge ? Et bien moi c’est pire, en regardant bien ça tire même un peu sur le violet.

Après une douche salvatrice, je quitte la salle, devant les yeux désolés des forces pures qui se caressent lascivement les pecs et des bombasses qui se matent les nichons en courant sur le tapis. Puis je me traîne de la salle à la voiture, et de ma voiture à mon lit. Franchement, il me tarde la semaine prochaine, j’ai tellement hâte d’y retourner !

Non je déconne, je ne suis pas non plus masochiste. Sauf que :

  • J’ai pris un abonnement à l’année, et près de 400 euros la séance de step débutant ça serait quand même pas donné
  • Moi aussi un jour je porterai un legging moulant et une brassière beaucoup trop courte, et je rigolerai doucement en regardant les débutantes en chier leur race.
  • La mousse au chocolat passe encore mieux quand on sait qu’on l’a bien méritée.
  • Mon père a parié avec ma mère que j’aurai abandonné en octobre, et il est hors de question que je lui donne raison.

 

PS : pour la photo de l’article, j’ai choisi celle-là parce que l’option « flou artistique », ou une connerie de ce genre, de mon téléphone, cache avantageusement mon menton (et ses deux autres copains mentons). Merci la technologie.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post

5 Comments

  • Reply Golfier

    Génial on se reconnait tous dedant 🙂

    9 septembre 2016 at 11 h 59 min
  • Reply Golfier

    Génial on se reconnait tous dedant 🙂

    9 septembre 2016 at 11 h 59 min
    • Reply Kayo

      Ooohhh!!! I LOVE the sounds of your series, Suz! I do really love those books connected by family, and the small-town thing is totally fun, too! I can tell my TBR is growing again 😉 Woot!!!Any genre you can't see yourself ever tackling? At least in the foreseeable future? 😉 And silly-ish qusieton–how fast do you write? i.e., when will we be seeing the next in these two series? 😀

      15 novembre 2016 at 4 h 52 min
  • Reply Kourtney

    Exltemery helpful article, please write more.

    15 novembre 2016 at 4 h 40 min
  • Reply http://www./

    That’s a smart answer to a difficult question.

    11 février 2017 at 23 h 29 min
  • Leave a Reply