Follow me:

2 ans

On nous avait dit que tu arriverais le 8 mai.

Cousin Jéjé disait que tu attendrais le 9, comme lui.

Tonton Nico disait que tu attendrais le 10, comme lui.

Papi disait que tu attendrais le 11, comme lui.

Il faut croire que tu étais déjà folle de ton Papi, car ce jour-là, tu as décidé de lui offrir le plus beau des cadeaux d’anniversaire dont on puisse rêver.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le 11 mai 2012. Papa et moi, nous t’avons tellement désirée, tellement attendue, tellement rêvée. Et tu es arrivée, plus belle et plus formidable encore que tout ce que nous avions pu imaginer. Si petite, si fragile, et pourtant, à la seconde où l’on t’a vue, tu étais tout pour nous, et nous aurions absolument tout fait pour toi, petit cœur. Un vague d’amour et de bonheur nous a submergés ; tu as bouleversé nos vies, et pour rien au monde nous ne reviendrions en arrière.

2 ans plus tard, hier, nous avons fêté ton deuxième anniversaire. Est-ce possible que deux ans se soient écoulés depuis ce premier jour où j’ai plongé mon regard dans le tien, où je t’ai serrée fort dans mes bras ? Le temps passe si vite, la vie est si belle à tes côtés.

Encore si petite, et pourtant tu es déjà ma grande.

Tu veux tout faire toute seule, toujours. Te savonner, mettre tes chaussures, manger, monter dans le siège-auto… Et pourtant, parfois, tu aimes te blottir dans nos bras pour jouer au bébé, comme tu dis.

Tu nous regardes d’un air sévère, les sourcils froncés, avant de pousser un grand cri pour nous faire rire.

Ton petit caractère s’affirme de jour en jour : tu es un vrai petit chef, et ce ne sont pas les plus grands qui t’impressionnent !

Tu ne vas nulle part sans ta collections de Zours, Minnie, Doudou et Bébés.

Tu applaudis en criant bravo à chaque fois que tu vas sur le pot. A chaque fois.

Si on te demande ce que tu veux manger, tu réfléchis longuement, et tu réponds toujours des saucisses. Et du dessert.

Depuis quelques semaines, tu nous répètes souvent « Je t’aime… Boucoup boucoup ». Et rien ne pourrait plus nous remplir de bonheur.

Après le bain, on ne peut pas aller s’habiller sans faire une pause devant le miroir pour faire des grimaces.

Au supermarché, assise dans ton caddie, tu dis bonjour en souriant à absolument toutes les personnes que l’on croise.

Tu pourrais nous servir du thé toute la journée. Tu rajoutes un peu de cuc’, tu touilles, tu nous dis avec un air théâtral « attention c’est chaud », tu souffles un peu.

Tu as une passion pour les chapeaux et les chaussures, et tu adores parader dans la maison avec les nôtres.

Tu es une vraie tornade, et tu ne tiens pas 5 minutes en place. Les gens qui veulent rester polis disent que tu es « tonique » et « pleine de vie ». En vrai, tu es vraiment fatigante, mais tellement merveilleuse qu’on te le pardonne tout de suite.

Le soir, tu chasses les vilains loups, hiboux et cochons de ta chambre. Puis tu réclames un câlin, un peu d’eau, encore un bisous.

Tu t’accroupis et cries 2, 3, pa’tez ! avant de courir de toute la force de tes petites jambes.

Papa te soulève par les jambes et fait des prouts sur ton ventre avec sa bouche. La tête en bas, tu n’en peux plus de rire et en demandes encore.

Tu n’arrêtes jamais de parler. On te comprend, mais pas toujours, et tu t’énerves quand on répond à côté.

Tu es une vraie casse-cou, une cascadeuse, tu n’as peur de rien et tu as la tête dure, pas question de pleurer quand tu tombes, tu te relèves et repars de plus belle. Tu n’aimes rien plus que courir vite et escalader tout ce que tu peux.

Belle, têtue, douce et câline seulement de temps en temps, toujours souriante et de bonne humeur, rieuse, pétillante, gourmande…

Ma fille. Comme je t’ai rêvée, et plus encore.

Joyeux anniversaire ma toute petite.

Joyeux anniversaire ma grande.

Je t’aime, infiniment.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply